Décider d’acheter un bien immobilier est un grand projet, qui, dans la plupart des cas, est délimité par un budget plus ou moins précis selon les contraintes de chacuns. Cependant il arrive d’avoir un coup de cœur pour un bien qui ne rentre pas dans le budget initialement prévu. A moins que le prix de vente soit trop élevé, il est souvent possible de négocier le prix immobilier et de faire une offre d’achat plus basse. Comment négocier le prix d’un bien immobilier ? Bien que chaque vente soit différente, nous vous donnons quelques conseils généraux. 

#1 : Savoir si le prix est négociable avant la visite


Pour savoir si un prix est négociable avant la visite d’un bien, il est possible de mener une enquête préalable. En effet, certains indicateurs peuvent déjà indiquer si une baisse des prix est possible. 

Dans un premier temps, il est utile de savoir depuis combien de temps le bien est en vente sur les portails immobiliers. Si cela fait plusieurs mois c’est un bon indicateur que le prix est négociable. En effet, le prix est sûrement surestimé et pourra donc être revu à la baisse.

Qu’est-ce que la surestimation immobilière ? Lorsqu'un propriétaire souhaite vendre à un prix élevé sans prendre en compte l’état du marché immobilier, on parle de surestimation. Le prix est alors bien au-dessus des normales et porte préjudice au bien immobilier qui aura du mal à se vendre.

De même, certaines informations sur l’annonce peuvent indiquer qu’il est possible de faire une offre d’achat plus basse. Les diagnostics énergétiques par exemple ou bien les photos qui montrent certains défauts visibles pourront être des arguments lors de la négociation.



#2 : Analyser le marché 


Nous l’avons évoqué, certains biens restent longtemps sur les portails immobiliers. La raison principale est souvent que le prix du bien est surestimé. Cela veut dire que le prix du bien ne correspond pas à la réalité du marché. Cependant, cette tactique n’est généralement pas gagnante pour les vendeurs. En effet, un bien surestimé est plus facilement négociable. 

Le bien surestimé va rester longtemps sur les portails de vente immobilière et perdre ainsi de la valeur aux yeux des acheteurs. En connaissant le marché immobilier, en analysant les biens similaires en vente et leur prix, il sera alors plus facile de faire une offre d’achat plus basse. 

Pour savoir si un bien est surestimé, il est possible de regarder les autres annonces du quartier et comparer les prix de vente avec celui du bien désiré. Évidemment il faut prendre en compte le m² et les caractéristiques des biens mais cela permet au moins de se faire une idée. 

💡 Bon à savoir : certains agences proposent des baromètres indiquant les prix par quartiers. Il est possible de les utiliser pour comparer le prix de vente à la moyenne du quartier et voir la marge de négociation du prix.




 

#3 : Analyser le bien pendant la visite 


Lors de la visite du bien, une analyse de détails permettra de rassembler des arguments pour négocier le prix. L’étage du bien par exemple pourra faire varier le prix de 5 à 10%  ou encore des travaux éventuels permettra de faire une offre d’achat plus basse.  
De même, il est important de lire les derniers compte rendu de la copropriété afin de savoir si des travaux éventuels, et donc de futurs coûts, ont été voté pendant les dernières assemblées générales. 

Enfin, les diagnostics énergétiques, la localisation du bien, les différents équipements ou encore l’état général du bien et de la copropriété sont des arguments de négociation du prix. 

 

#4 : Formuler votre offre d’achat 


Une fois tous les éléments de contestation du prix rassemblés, il suffit de formuler son offre d’achat immobilier. Evidemment, pour être accepté, celle-ci doit être raisonnable et objective. Lors de l’achat d’un bien, la concurrence est rude et une offre d’achat trop basse pourrait entraîner une perte du logement au profit d’un autre acheteur.

Pour faire une offre d’achat plus basse, il suffit simplement d’adresser un courrier aux vendeurs mentionnant votre proposition de prix. Cette dernière devra être remise à l’expert immobilier en charge de la vente ou bien directement aux vendeurs si la vente se passe d’acteur immobilier. Cette lettre devra comporter les arguments chiffrés de la négociation du prix ainsi qu’une date limite de validité.  

A la réception de cette offre, le propriétaire pourra alors accepter, refuser ou bien faire une contre-offre en proposant un nouveau prix de vente. Dans tous les cas, faire une proposition d’achat ne réserve pas le logement. 

💡 Bon à savoir : il existe de nombreux modèles en ligne de lettre déjà pré-écrite pour faire une offre d’achat plus basse. Attention cependant à bien faire apparaître toutes les mentions légales obligatoires.





Ce qu’il faut retenir 🧐 : 

  • Un bien s’analyse avant de faire une visite, grâce aux photos, à la visite 3D, au plan,  aux détails de l’annonce ou bien aux renseignements de l’expert immobilier chargé du dossier. Avec ces informations, il est plus facile de se préparer pour faire une offre d’achat plus basse en cas de défauts. 
  • Analyser le marché en vous aidant des indications de prix de vente par quartier permettra de voir la marge de négociation immobilière. 
  • Lors de la visite, il faut prendre en compte toutes les informations du biens : travaux, compte rendu des assemblées générales de la copropriété, diagnostic etc.
  • Une offre d’achat plus basse se formule par courrier avec un argumentaire chiffré.