Comment le tarif fixe des néo-agences compense la baisse des prix de l’immobilier ?

Par Louis

Sales @ Hosman

Lecture : 3 min

14 mars 2024

Depuis l'été 2022, les prix immobiliers sont globalement en baisse sur toute la France. En 2023, cette crise immobilière s'est imagée par la chute des transactions immobilières de 20% par rapport à l'année précédente. En 2024, si la baisse des prix immobiliers est moins prononcée, elle persiste tout de même. Cependant, il existe une solution pour compenser la baisse des prix immobilier afin de ne pas impacter son net vendeur.

Comprendre la baisse des prix de l’immobilier 


Quelles en sont les raisons ?

Même si elle a fait couler beaucoup d’encre, la baisse des prix de l’immobilier était prévisible. Au cours de l'année 2023, les porteurs de projets immobiliers ont constaté une hausse des taux d’emprunt sans précédent. Ajoutée à l’inflation qui frappe la France mais aussi le reste du monde, cette hausse du prix de l’emprunt immobilier a fortement impacté le pouvoir d’achat des ménages. 

Ainsi, les acheteurs ont été forcés de changer leurs projets. Certains ont fait le choix d’acheter plus petit, ou encore plus loin, pour s’adapter à leur budget. D’autres ont pendant plusieurs mois adopté une stratégie attentiste, attendant une reprise du marché pour relancer leurs projets. L’un comme l’autre, ces comportements ont engendré une augmentation des stocks de biens en vente et une baisse des prix qui était finalement inévitable. 




Quelles en sont les conséquences ? 

Si elle peut être profitable pour les acheteurs, la baisse des prix impacte fortement les vendeurs. De fait, ces derniers voient la valeur de leur bien diminuer. À Paris, Meilleurs Agents a annoncé que le prix moyen est repassé sous le seuil symbolique des 10 000€/m2 et parfois même en-dessous des 9 000€/m2 pour certains arrondissements. En un an, c'est une baisse de plus de 6% qui a été observée dans la capitale. Les autres villes de France ne sont pas en reste.

Résultat ? C’est le net vendeur qui pâtit. Le net vendeur, c’est le montant total que va réellement toucher le vendeur une fois son bien vendu. C’est le prix de vente, auquel on soustrait les différents frais qui ont été générés par la vente (et notamment les frais d’agence). En cas de baisse des prix de l’immobilier, c’est toujours le net vendeur qui est la première victime.

Crise immobilière : pourquoi faire appel à une néo-agence ? - Découvrir l'article

Comment vendre au meilleur prix malgré la baisse

Malgré un contexte difficile, il reste une bonne nouvelle pour les vendeurs car il existe une solution pour préserver ce net vendeur et ce malgré une baisse des prix : agir sur les frais d’agence

Une agence immobilière traditionnelle se rémunère grâce à une commission qui représente en moyenne 4,8% de la valeur du bien. Sur un bien à 400 000€, cela représente 19 200€. Cette somme est directement imputée sur le net vendeur, celui-ci étant déjà en baisse à cause de la baisse des prix. Avec la baisse des prix de 5% à Paris, un bien de 400 000€ perd donc 11 200€ sur sa valeur initiale. Avec un tarif fixe (de 7 900€ dans le cas de Hosman), les économies réalisées sur les frais d’agence s’élèvent à 10 762€. Elles permettent donc de compenser cette baisse des prix et donc de maintenir le net vendeur à un niveau stable.

Grâce au tarif fixe, la baisse des prix est compensée, et le net vendeur n’est pas ou très peu impacté. Ainsi, dans un contexte baissier, les néo-agences comme Hosman sont plus pertinentes que jamais. En proposant un tarif fixe, elles permettent aux acheteurs et aux vendeurs de mener à bien leurs projets sans avoir à se soucier de perdre de l’argent. 

Vous souhaitez vendre votre bien à court ou moyen terme ?

Découvrez nos autres
articles de blog

Découvrez La Boussole, le point immo par Hosman.

Recevez un décryptage du marché et des conseils d'experts pour vous guider dans votre projet immobilier.
Découvrir la Boussole
visual product