Depuis quelques mois, les prix de l’immobilier parisien sont à la baisse, une situation rare pour la capitale. Les acquéreurs ont la main à Paris : les biens sont un peu moins chers, ce qui pousse les potentiels acheteurs à se lance dans leur projet, soutenant donc une demande parisienne forte. 

Une baisse des prix historique à Paris


Entre novembre 2020 et novembre 2021, les prix moyens parisiens affichent une baisse de 1,3 % (à 10 451 euros/m2) en moyenne alors qu’ils progressent de 4,9 % au niveau national, selon le bilan dressé par le site d’estimation en ligne Meilleurs Agents. 

Paris est le thermomètre immobilier de la France, si les prix augmentent ou baissent, ils sont tirés par la capitale, or en ce moment la tendance est inverse, la hausse est tirée par les zones plus rurales et balnéaires.

Les prix à Paris ne baissent en effet que très rarement. Ils avaient baissé en 2008 et 2011, mais c’était alors l’ensemble de la région parisienne qui avait connu le même mouvement. A l’inverse, la grande banlieue parisienne a vu ainsi ses prix augmenter de 8,3 % entre mars 2020 et août 2021, tandis que la proche banlieue augmente de 5,3 %. Les différents confinements ont cependant bien eu un impact sur les décisions d’achat des acheteurs, qui se sont tournés vers le périurbain plutôt que les grandes métropoles.

Les acheteurs négocient de plus en plus 


Autre symbole fort, la négociation des prix devient courante. Si près de la moitié des ventes (47 %) se faisait au prix affiché au premier trimestre 2020 selon Meilleurs Agents, seules 28 % le sont aujourd’hui… En revanche, l’enveloppe négociée (5 % en moyenne) reste la même.

Baisse des prix n’est pas forcément un mauvais présage 


Même si les prix de l’immobilier baissent, c’est une bonne chose que le marché parisien connaisse une pause, cela faisait plus de cinq ans qu’il progressait d’environ 5 % chaque année. Cette légère baisse attire de potentiels acheteurs et les incite à se lancer rapidement dans leur projet.  

Cette pause pourrait même être de courte durée. Un taux de chômage meilleur qu’escompté, des taux d’intérêt bas et le rebond de l’économie devraient au contraire soutenir la dynamique du marché.

Obtenez une estimation gratuite en quelques clics 

Une demande toujours importante  


Un ITI de 8% à Paris


Le marché immobilier parisien soutient toujours une forte demande. Un ITI (indice de tension immobilière) supérieur à 5% signifie que le marché est dynamique : il y a plus d'acheteurs que de biens à vendre. A Paris l’ITI s’élève à 8%, ce qui signifie que le nombre d’acheteurs est supérieur de 8% aux nombres de biens à vendre. 

Un nombre de vente qui augmente


Les ventes de logements anciens continuent de monter, entraînant dans leur sillage les prix des appartements et celui des maisons, des biens qui sont très prisés des familles. Selon la chambre des Notaires du Grand Paris, 42 060 logements anciens ont été vendus en Ile-de-France au deuxième trimestre 2021, soit un bond de 20 % par rapport au deuxième trimestre 2020, marqué par l’arrêt des transactions lors de l’entrée en vigueur du premier confinement.

Les confinements successifs ont en effet poussé la demande pour l’immobilier. « La priorité des Français, c’est l’amélioration de leur logement » selon le président de la statistique immobilière à la chambre des notaires du Grand Paris. Les projets immobiliers se concrétisent d’autant plus facilement que les transactions se déroulent vite, un atout pour les acquéreurs qui sont certains de revendre dans les meilleurs délais leur bien qui financera une partie de leur achat immobilier dans le cadre d’un prêt relais.  

Les prévisions sont bonnes 


Depuis septembre, l’activité a fortement repris. Rien n’augure une baisse des ventes. Si les prix parisiens connaissent une légère baisse de 0,2 % au deuxième trimestre 2021, s'établissant à 10 650 €/m², les valeurs remontent cependant depuis le mois de mai. Une tendance qui devrait se confirmer, les notaires anticipent une légère augmentation pour les transactions enregistrées d'août à octobre avec 10 770 €/m². 

Comment compenser cette baisse des prix à la vente?


Une solution très connue est la vente de particulier à particulier. Cette pratique permet évidemment de faire des économies sur les frais d’agence mais vous devez agir en autonomie sur la vente sans accompagnement. Cela demande beaucoup de temps et de disponibilité. 

La meilleure solution pour rentabiliser son bien immobilier est donc de se passer des honoraires onéreux des agences immobilières traditionnelles. Opter pour une néo-agence immobilière vous permettra de bénéficier des nombreux services qu’elle propose (estimation du bien, organisation des visites, photos professionnelles…) pour un prix très avantageux. C’est un bon moyen de faire des économies dans une période où les prix baissent mais la demande reste forte.