Doit-on profiter de cette conjoncture si particulière pour vendre son logement ? Dès le début de l’année 2020, les propriétaires de biens immobiliers profitaient d’un contexte très favorable avec un volume de ventes records et des prix toujours en hausse, mais la crise du Covid-19 a mis un coup d’arrêt brutal aux transactions. À l’heure du déconfinement et de la reprise des visites, de nombreux propriétaires s’interrogent sur les conditions actuelles du marché immobilier. Est-ce vraiment le bon moment pour mettre en vente son logement ?

Reprise : les acheteurs seront-ils au rendez-vous ?


Seulement quelques semaines après le déconfinement national, le marché immobilier est marqué par une forte activité. Les projets stoppés net reprennent et le nombre d’annonces publiées sur les portails explose: +48% à Paris par rapport au mois d’avril, selon notre baromètre en temps réel des prix de l’immobilier parisien. Une bonne nouvelle pour le marché qui avait dû ralentir fortement son activité jusqu’au 11 mai. 

Mais certains propriétaires s’interrogent : les acheteurs seront-ils toujours au rendez-vous ? Face à des taux d’emprunt qui remontent, + 0,1% pour un prêt sur 20 ans en mai par rapport au mois d’avril selon les barèmes bancaires reçus par les courtiers, et une perte de pouvoir d’achat liée au chômage partiel, la baisse de la demande inquiète. Néanmoins, 70% des acquéreurs immobiliers français affirment vouloir acheter malgré le contexte actuel, selon une étude SeLoger. De plus à Paris ou dans les grandes métropoles, la pénurie de logements est telle qu’il est peu probable de voir apparaître un équilibre entre l’offre et la demande. En revanche, le confinement a probablement fait évoluer le projet de certains acquéreurs qui souhaitent désormais s’installer en dehors de Paris pour profiter d’un espace extérieur. Cette tendance devra être réellement mesurée au cours des prochains mois. 


Doit-on anticiper une baisse des prix ?


Bonne nouvelle, post-crise sanitaire les acheteurs semblent être toujours au rendez-vous sur le marché immobilier, cependant doit-on craindre une négociation de la part des acheteurs et ainsi, une baisse des prix ? Cette éventualité mènerait alors à une baisse générale des prix de l’immobilier à Paris tandis qu’avant le covid-19, les prix à Paris étaient de 11 869€ du m2 en moyenne.

Le confinement a donné lieu à un fort ralentissement de l’activité du marché immobilier, mais pour le moment, aucune baisse de prix n’a été mesurée à Paris ces dernières semaines, avant et après la période de confinement. Au mois de mai, on enregistre une  baisse de -0,4% sur les prix de l’immobilier à Paris en temps réel mais cette baisse est entièrement due à l’explosion du nombre d’annonces dans certains arrondissements de la capitale comme le 11ème, le 12ème ainsi que le 18ème qui sont des arrondissement moins chers. Découvrez les prix en temps réel de chaque arrondissement à Paris dans le baromètre Hosman. Ceci confirme donc la stabilité du marché au regard des prix à Paris et dans les villes très tendues, malgré la crise sanitaire .

De plus, une baisse conséquente des prix de l’immobilier dans les prochains mois semble très peu probable, particulièrement car la pierre reste une valeur refuge aux yeux des investisseurs qui voient leurs investissements financiers moins certains en comparaison à d’autres actifs financiers plus stables sur le long terme tel que l’immobilier. Un vrai rabais sur les prix dans l’ancien, qui plus est en marché tendu, semble d’autant moins probable au regard du status quo du déséquilibre entre l’offre et la demande déjà présent avant la crise. Au final, l’immobilier dans l’ancien pourrait être épargné tandis que d’autres secteurs risquent de souffrir plus sévèrement comme le marché des bureaux ou du neuf par exemple.



Alors, est-ce le bon moment pour vendre au lendemain de la crise ?


Effectivement il y a eu un ralentissement de l’activité sur le marché immobilier et les taux d’intérêts sur les prêts immobiliers ont augmenté ces dernières semaines, cependant il reste opportun pour les propriétaires de conserver leurs projets de vente immobilière post-confinement. Depuis le 11 mai dernier, l’activité a repris de plus belle, les acheteurs sont au rendez-vous et la pierre semble plus solide que jamais. Toutes les conditions sont donc réunies pour permettre au propriétaires de bien vendre au lendemain de la crise.

En définitif, il est tout à fait opportun de continuer votre projet de vente post-confinement afin de profiter de la stabilité et de la reprise dynamique du marché à Paris. Chaque projet immobilier est unique, et avant de vous lancer, n’hésitez-pas à vérifier l’alignement de votre projet et de la conjoncture actuelle avec un expert immobilier.
Pour rentabiliser encore plus votre vente en faisant des économies sur les frais d’agence afin de vendre au meilleur prix, vous pouvez confier la commercialisation de votre logement à une néo-agence immobilière  comme Hosman qui propose un tarif fixe de 4 900€ au succès.