Chez Hosman, on est fier de s’agrandir un peu plus chaque jour en recrutant des talents décidés à révolutionner le marché immobilier. Aujourd’hui, on vous présente Christophe, développeur full stack, qui a rejoint l’aventure Hosman en mai 2019. Suite à une expérience en tant qu’ingénieur du son pendant 2 ans et en post-production pour le cinéma et après des études dans le e-business, il a découvert le métier de developer lors d’un stage à Bruxelles et a fait Le Wagon, prestigieuse école de formation intensive au code, à Lille en 2017.

1- Qu'est-ce qui t'as motivé à rejoindre l'aventure Hosman ?



« J’ai travaillé comme developer après Le Wagon dans une entreprise spécialisée en régulation financière : beaucoup de personnes, pas vraiment de création, énormément de va-et-vient entre les équipes et une communication peu centralisée, on ne me demandait pas mon avis. Nombreuses ont été les fonctionnalités mises en place qui n’ont jamais vu le jour car les besoins n’étaient plus les mêmes. J’ai démissionné, j’ai fait des formations en ligne et je suis venu à Paris car il y a plus d’opportunités.


Après mes formations, j’ai pris le temps de trouver ce qui me plaisait : je savais ce que je voulais.

Chez Hosman, c’est la vision des 3 cofondateurs qui m’a tout de suite plu : l’idée, c’est pas uniquement le fait de participer à la révolution d’un milieu, c’est surtout de le faire évoluer alors qu’il ne l’a jamais été. Chez Hosman, on bouscule les mœurs dans un secteur qui ne bouge plus depuis des années. C’est ce que j’ai aimé. En plus de l’équipe ».

2- En quelques mots, quel est ton rôle chez Hosman ?



« Mon rôle consiste à m’occuper de l’architecture de la base de données et de l’interface utilisateur sur la plateforme Hosman.

D’un côté, j’aide nos experts immobiliers et nos clients en traitant leurs demandes particulières, au cas par cas, et d’un autre je développe de nouvelles fonctionnalités pour améliorer l’expérience utilisateur : ça peut aller de la simple création de page au développement de fonctionnalités davantage fonctionnelles comme la remise d'offre d’achat en ligne ou même la gestion automatique des visites. Finalement, je travaille sur tout ce qui sert à automatiser ce qui est peut être standardisé et qui n’a pas de valeur ajoutée pour nos clients ».

3- Qu'est-ce qui te rend fier dans ton travail chez Hosman ?


« Chez Hosman, tout est transparent : on est une entreprise à taille humaine, c’est un avantage incontestable. Le lien fait par Benjamin Bavuz [ndlr : Co-Fondateur] entre les équipes permet de travailler dans des conditions optimales : il vient nous voir pour consulter nos avis sur les demandes des équipes et vérifier si tout est faisable.Quand on travaille sur de nouvelles fonctionnalités, on voit les résultats très rapidement. C’est très gratifiant de voir les équipes utiliser ce qu’on a fait ».

4- Qu'est-ce qui te challenge le plus au quotidien ?



« Côté pro, niveau « tech », c’est qu’on travaille sur des sujets qu’on ne maîtrise pas forcément au départ : dans la mesure du possible, on dit oui à tout et on fait énormément de recherches. Par exemple, pour l’ouverture de Hosman à Nantes et Bordeaux, on a dû améliorer la précision et la fiabilité du système de géolocalisation, ce qui était nouveau pour l’équipe ».


Sinon cette année, côté semi-pro et semi-perso, c’est l’arrivée du télétravail : j’y étais favorable, mais le full télétravail c’est un peu long. On a mis en place des routines avec le reste de l’équipe pour maintenir le lien même à distance ».